L'agriculture durable a conquis l'Afrique

L'agriculture durable, également appelée agriculture intégrée, signifie en fait le respect des critères de durabilité dans la production agricole et agroalimentaire, en donnant la priorité aux processus naturels qui permettent de préserver la ressource environnementale locale.

Nous sommes donc totalement à l'opposée de l'agriculture intensive avec ses pratiques néfastes pour les sols et les produits chimiques, pesticides tels que le roundup etc.


L'agriculture durable c'est quoi?


L'agriculture durable est une agriculture qui, outre la production de denrées alimentaires et d'autres produits agricoles, est également économiquement avantageuse pour les agriculteurs, respectueuse de l'environnement, socialement juste, notamment dans les pays africains comme le Sénégal, contribuant à améliorer la qualité de vie des agriculteurs et de la société dans son ensemble, née depuis que les premières pratiques agricoles du néolithique ont transformé l'homme de cueilleur occasionnel en agriculteur permanent.


Quels objectifs?


L'agriculture durable poursuit les objectifs suivants : le revenu équitable de l'agriculteur, la protection de la santé de l'agriculteur et du consommateur, la préservation de la fertilité des sols dans le temps, la préservation des ressources environnementales dans le temps. L'agriculture durable consiste à utiliser des techniques agricoles qui respectent l'environnement, la biodiversité et la capacité d'absorption naturelle des déchets de la terre. Donc il s'agit ici de cultiver avec patience et respect pour la nature.


Au Sénégal se trouve la ferme Jurasoa qui réalise un travail formidable pour produire des légumes de qualité dans le respect du processus naturel et des spécificités locales du nord du pays.

En ce sens, les modèles agricoles les plus répandus en Afrique qui mettent en pratique les principes et les techniques de la durabilité sont l'agriculture biologique et biodynamique. En effet, dans l'agriculture biologique, au lieu d'utiliser des pesticides, d'autres insectes ou bactéries antagonistes sont utilisés pour éliminer les parasites et les techniques traditionnelles telles que la fertilisation organique ou la rotation des cultures qui enrichissent le sol sont privilégiées ; dans l'agriculture biodynamique, le principe fondamental est de soigner et d'enrichir l'environnement et d'améliorer la nutrition humaine.


En termes généraux, l'agriculture durable signifie également la capacité de l'ensemble de la production agroalimentaire mondiale à répondre à la demande globale des pays en développement. Le concept d'agriculture durable devient donc fondamental et doit être appliqué à l'échelle mondiale.


Il est vrai qu'à la fin des années 50, pour faire face au problème de la faim dans le monde, de nouvelles variétés de cultures (plus résistantes et plus productives, grâce aussi à l'utilisation très importante d'engrais chimiques) et de nouvelles techniques agricoles ont été introduites dans des pays comme le Sénégal ou le Rwanda, et dans d'autres pays africains ; le succès initial était de bon augure, mais il le type d'environnement fragile et difficile sur lequel les nouvelles techniques étaient appliquées n'avait pas été du tout pris en compte à cette époque.


Nous nous sommes donc retrouvés avec les pays industrialisés, riches en terres cultivées et avec des problèmes d'excédent ; et les pays en développement, pauvres en terres cultivées, en moyens techniques et en capitaux, contraints d'élargir la surface cultivée par la déforestation et la mise en culture de terres marginales.


C'est dans ce contexte qu'il devient de la plus haute urgence d'appliquer le concept d'agriculture durable.

Afin de créer les conditions favorables au développement durable, il sera nécessaire d'apporter des changements radicaux à la politique agricole, environnementale et macroéconomique au niveau national et international. Une affaire à suivre !

© Le Courrier - Reproduction interdite