La photographie aérienne : tout comprendre à cette méthode

Mis à jour : mars 29

La photographie aérienne peut être utilisée à des fins professionnelles ainsi que pour une utilisation personnelle. Selon l’utilisation finale des photos, il existe divers moyens pour s’y prendre. De l'angle de vue aux paramètres à prendre en compte, découvrez comment réussir vos prises.



Le point de prise


Dans la recherche d’une surélévation en vue de prendre des photos, la façon de s’y prendre peut différer.


La photographie aérienne à partir d’un avion


C’est la méthode appropriée, surtout si vous désirez réaliser des captures du paysage de très haut dans le ciel. La photographie aérienne à partir d'un avion est le meilleur moyen pour prendre des vues depuis les nuages et même au-delà. La réservation d’un vol n’est pas inaccessible contrairement à ce que tout le monde pourrait penser. Elle se fait facilement et sans dépenser des sommes astronomiques.


Aussi, la réservation d’un avion est utile en ce qu’elle permet au photographe de se déplacer avec tout son équipement. Pour une expérience optimale, réservez un avion à haute aile. Dans ce type d’avion, l’aile se trouve au-dessus du cockpit. Ainsi, vous ne serez pas gêné par celle-ci lors de la prise des photos.


La photographie aérienne à bord d’un hélicoptère


L’avion est certes l’idéal pour aller très haut dans le ciel, mais n’est pas autorisé pour un usage à des hauteurs très basses. Dans une zone peuplée, l’avion ne peut pas aller plus bas que 300 mètres. Si c’est justement dans ce type de situation que vous souhaitez prendre vos photos, réservez plutôt un hélicoptère. Il coûte plus cher qu’un avion, mais est plus agile. C'est la méthode employée par Yann Arthus Bertrand, le photographe français très connu, qui utilise également la montgolfière pour se mouvoir dans les airs en silence (parfait pour ne pas effrayer les animaux lors de documentaires animaliers).


La photographie aérienne à l’aide de drone


Si vous désirez vous lancer dans la photographie aérienne, c’est le moyen le plus abordable financièrement et au niveau de la technicité. Optez pour un drone capable de transporter votre appareil photo, si celui qui y est intégré n’est pas assez bien pour votre travail. Par ailleurs, les drones ne polluent pas autant l’environnement comme l’avion ou l’hélicoptère. Cependant, veuillez prendre en compte la réglementation des drones et ne pas survoler une zone qui n’est pas adaptée à la tâche. Si vous cherchez un prestataire photographe professionnel vous pouvez vous rendre sur ce site pour le trouver.


L'aspect technique des photos


En premier lieu, il convient de prendre en compte les réglementations selon le point de départ de vos prises. S’il s’agit d’un drone, consultez un logiciel pour acquérir une autorisation de survol. Réservez votre avion ou votre hélicoptère selon la position du soleil dans le ciel. Préférez des prises avant le coucher du soleil ou au matin.


Selon votre position géographique, paramétrez l’expérience pour ne pas être dérangé par le soleil. Ensuite, l’idéal serait de prendre vos photos depuis une porte ou une fenêtre non obstruée par une vitre. Vous pouvez demander au pilote d’enlever ou de baisser celle-ci dans la mesure du possible.


Préparez également votre équipement pour l’occasion en tenant compte des conditions de travail. Fixez bien les appareils et caméras pour ne pas risquer de les perdre en cours de travail. Pour les petits outils, prévoyez des poches refermables par fermeture éclair. Prévoyez un boîtier de rechange pour avoir plus de chances d’obtenir des images de qualité.


N’oubliez pas de tenir compte de la limite de temps de votre expérience. Pour en profiter au maximum, n’arrêtez pas de prendre des photos. Il faudrait, au préalable, avoir fait tous les réglages nécessaires. Pour plus de sécurité, respectez les consignes et recommandations de l’équipage.

© Le Courrier - Reproduction interdite